En vacances

Publié dans : En vacances
Jeudi 14 novembre 2013 4 14 /11 /Nov /2013 00:01

Vignettes-5606.JPG

Je suis avec Ralph depuis deux mois et des poussières. Nous nous sommes parlés sur le net et puis la rencontre réelle est arrivée de façon un peu improbable, loin de nos lieux de vie respectifs, dans une ambiance un peu particulière.

 

Il m'avait convaincu de venir dans un de ces festivals écologiques, un peu hippie, remplis de conférences sur l'avenir de la planète et de digeridoos le soir au coin du feu sous les étoiles.

 

Je devais y passer deux jours, j'y suis restée dix.

 

Ralph est un mec bien... Un de ceux qui ont disparu depuis au moins un siècle et demi. Il a des valeurs, il a de l'éducation, des principes et une gentillesse à faire pâlir le Dalaï-Lama.

Ralph colle plutôt pas mal à mes critères physiques : il a les cheveux longs (oui, pour moi c'est l'essentiel).

 

Il n'y a rien qui me déplaise chez lui... rien...

 

Mais finalement, lorsque le retour à la vie "d'ici" a été opéré... Bah Ralph a changé. Ou plutôt non, c'est pas lui qui a changé, lui est somme toute fidèle à tout ce que j'ai vu en lui là-bas. Mais moi j'me suis pris un gros coup de matraque dans la gueule : Pollution, stress, boulot, rythme trépidant, réalités matérielles et financières ! L'illusion de la vie simple de Ralph n'y a finalement pas survécu.

 

Chez moi ou chez lui c'était pareil : voilà ça ne me correspondait plus, je ne m'y identifiais plus... Il avait des travers qui m'énervaient, des utopies qui me gonflaient. Petit à petit j'ai mis de la distance, parfois même j'ai essayé de lui parler, et j'y suis arrivé mais il n'entendait pas... A mes "nous avons une idée de la vie et des parcours bien trop différents", il me répondait que ça passerait, qu'on se devait se laisser le temps.

 

Voilà un moment que j'y pense, et c'est aussi pourquoi je ne vous en ai pas parlé ici. Je savais que j'allais dire au revoir à Ralph, malgré toute mon affection, l'amour ne venait pas !

Hier j'avais décidé que les circonstances étaient idéales, je devais le lui dire aujourd'hui. Calme et posée, assumée, assurée...

 

Hier j'ai eu un message. Il a passé un examen médical pour des douleurs persistantes... Non, ce n'est pas ce mal bénin qu'on croyait, c'est plus grave. Pas fatal mais permanent. Il souffrira. Il commence juste à souffrir.

 

 

Rien de ce qu'il lui arrive n'est mérité. Ralph est un gars exemplaire... Pour de vrai...

Et très égoïstement je me demande comment faire... Lui briser le cœur en plus de tout le reste ?

 

Chienne de vie.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Par Agoaye - Communauté : Intime et décalé
Vous voulez commenter ? - Vous voulez fouiner dans les 2 commentaires ?
Publié dans : En vacances
Mardi 25 septembre 2012 2 25 /09 /Sep /2012 19:03

Vignettes-3990.JPG Ben si, en vrai je suis revenue de vacances... J'vous jure !

Mais je vous ai encore délaissés, je l'avoue !

 

Y'a Chéri-Chéri qui me prend du temps (oui, "BZMan" devient "Chéri-Chéri"), y'a eu la rentrée avec son cortège de gamins paumés, y'a l'appart qui ne se nettoie pas tout seul, la cuisine qui ne se fait pas toute seule et plein d'autres machins qui ne se règlent pas sans mon intervention (du genre factures, rendez-vous à prendre, rendez-vous à honorer, j'en passe et des meilleures...)

 

Mais là, c'est décidé, je me mets un coup de pied dans le cul (souple n'est-ce pas ?) et je me décide à revenir vers vous pour de vrai !

 

Il va me falloir de la rigueur, et du courage, si si, parce que même si vous me manquez, les faits sont là : je me fais vieille et les gestes de chaque instant deviennent de plus en plus pénibles... Je vous vois venir à soupirer en vous disant que je suis ridicule à me plaindre du haut de mes 32 balais, mais cette fois, c'est pas moi qui le dit !

 

 

Mise en situation : l'été dernier, j'étais parti dans un road trip aussi passionnant qu'initiatique... J'avais tellement kiffé que j'étais fermement décidée à remettre ça cette année encore... J'avais 3 festivals de réservés, un réchaud en rab, des pompes de pluie dans le coffre : la totale quoi... Et j'y vais !

 

 

Premier festival : Je me mets en route pour chez BZMan (à l'époque il n'était pas encore "Chéri-Chéri", vous suivez ?) qui me permet de faire une halte chez lui histoire de couper le trajet en deux de façon non-négligeable...

Bon, alors le fait est que durant cette nuit où je ne devais que dormir (par convenance, je vous le rappelle), il s'avère qu'on a aussi fait progresser notre relation au stade des bisous et des fantaisies sexuelles en tous genres... Pas pratique pour avoir envie de se barrer dès l'aube le lendemain.

Alors j'suis restée... 3 jours... Les trois jours du festival en somme !

Mais comprenez-moi.... D'un côté j'avais ce mec charmant qui me bécotait, et de l'autre j'avais un festoche dans la boue plein de métalleux bourrés (et les Fatals aussi, mais cette fois ils n'ont pas pesé bien lourd dans la balance... Même si Yves a pris un peu de poids mais c'est une autre histoire...)

 

 

Deuxième festival : Pour celui-là j'étais bien partie... J'étais dans le coin géographiquement, je devais y être rejointe par mon parrain, ça devait être un festoche sympa comme tout et je devais y voir des groupes qui me plaisait (hormis les rois de la suède, mais à l'époque je pensais encore pourvoir aisément les éviter...)

J'y vais donc. Je plante les deux tentes. Je gonfle les deux matelas. Je prépare méthodiquement mes affaires histoires de ne pas devoir retourner à ma voiture (dans le champ d'à côté) à chaque pet de travers.

Je sors ma belle trottinette flambant neuve achetée pour l'occasion (parce que champ du camping festivalier à 1.9km du village dans lequel a lieu le festival -Luxey pour ne pas le nommer-) et je décide de faire ma star en doublant tout le monde à fond la caisse avec un air de "moi-j'ai-prévu-que-c'était-super-loin-et-pas-vous"... pendant quoi ? allez.... 30 mètres.

C'est alors qu'un élément indépendant de ma volonté (mais probablement dû à ma coordination motrice très approximative) me fit chuter. Que dis-je, "chuter" c'est un mot carrément trop mignon pour la gamelle monumentale que je me suis mangée !

En un tiers de seconde, je me suis retrouvée pliée en douze, le sac à dos sur la tête, la joue droite sur le bitume, la gauche avec la branche de mes lunettes de soleil imprimée profond, les deux genoux à vif (ben oui, la peau s'était désolidarisé de la chair pour préférer aller se coller au pantacourt) et les doigts de la main droite en lambeaux tels ceux d'un lépreux qui aurait joué du banjo !

Me suis relevée honteuse... ai tenté de me moquer un peu de moi même comme ça vite fait (histoire de faire bonne figure) et ai plié ma trotinette en parcourant les 1870 mètres qui me séparaient du village à pied avec la conasse à roulette en bandoulière sur ce qui restait de mon dos.

Arrivée là-bas, je me dis que je ferai bien d'aller au poste de secours histoire d'enlever les graviers, la terre, la poussière, les morceaux de tissu de mes genoux. J'ai pas regretté : ils m'ont foutu du mercurochrome sur chaque genoux ! Je brillais des rotules durant la nuit tellement c'était voyant !

 

Bref... Je vois quand même Thiefaine, je passe une bonne soirée (je vous épargne l'aller-retour au camping que j'ai du faire parce que j'avais oublié mes lunettes de vue comme une grosse conasse que je suis) et je rentre me "coucher" sur les coups de minuit, traquillou...

Vous avez vu les guillements à "coucher" ? vous les avez vu ? ouais, parce que qu'en fait je me suis allongée juste !

Toute la nuit les festivaliers ont gueulé, ont marché sur ma tente, se sont pris les pieds dans mes pieds, ont joué à chat avec la sécurité (pour faire un feu, ou pour vendre du crack, ou pour dormir avec leur chien...). C'était épuisant, j'étais épuisé, même avec les boules Quiès je les ai entendus, j'en ai pleuré j'vous jure !

Le lendemain matin, j'ai dégonflé les deux matelas (mon parrain ne me rejoignait que dans la soirée), j'ai rembarqué mes affaires, j'ai replié les deux tentes et j'me suis barrée ! Direction le premier camping que j'ai pu trouver et j'me suis foutue du fait qu'il soit à 23km ou du fait que j'aie du débourser 20€ la nuit ! Je voulais DORMIR !

Le reste du festoche n'a pas été si agréable non plus... Ivan des rois de la suède ma même souri alors que je mangeait mes frites bio et ça m'a bien saoulé... J'étais contente que ça se termine.

 

 

Troisième festoche : Ben là c'est bien simple, j'ai revendu mes pass. Non, j'avais pas envie de retourner dans un camping festivalier, mais j'avais pas non plus les moyens de me payer l'hôtel...Alors j'ai fait un heureuse et je suis restée chez moi comme une vieille chose aigrie.

 

 

 

Lorsque j'ai raconté mes impressions à la copine de mon presque-oncle, elle m'a sorti tout naturellement (avec un tact à faire pâlir le professeur Choron) : "Bah ouais mais t'es vachement plus vieille en fait !"

 

Bah ouais, j'suis vachement plus vieille en fait... Ma vision des vacances a changé, je m'enbourgeoise et je perds mes forces et mon esprit d'aventure ! Ou alors c'était juste le contrecoup d'une année forte en émotions qui a fait que j'avais pas forcément envie d'en revivre d'autre tout à coup (des émotions hein...)

 

 

Et vous ? Vous vieillissez en quoi ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Par Agoaye - Communauté : Intime et décalé
Vous voulez commenter ? - Vous voulez fouiner dans les 4 commentaires ?
Publié dans : En vacances
Dimanche 15 juillet 2012 7 15 /07 /Juil /2012 16:37

617545933.jpgAujourd'hui c'est décidé, j'écris un article d'actualité !

Ben si, mine de rien c'est l'été et logiquement il faut chaud et beau. Alors qu'il pleuve, qu'il vente et que je commence à attraper une pneumonie ne m'empêchera pas de vous parler de soleil, sable, mer et maillots de bain !

 

Sauf que... je ne vous parlerai pas du maillot en lui-même, mais plutôt de l'absence de maillot !!!

 

 

Il y a deux semaines, Néo-Div m'a gentiment convié à une énième sortie scolaire : sa classe, ma classe, un parc et deux trois ballons et c'était parti pour une journée pas du tout pédagogique mais absolument nécessaire pour notre santé mentale, à nous, pauvre profs surmenés !!

Eh bien ce jour là il faisait beau, et comme mon collègue a (comme d'habitude) assuré comme un chef avec les gamins, j'en ai profité pour larver sans scrupules, ne pas bouger mon éléphantesque postérieur et bronzer... En débardeur !

Déjà à la fin de la journée, Néo-Div et moi nous amusions à toucher nos bras pour calculer qui avait le plus pris le soleil (tu sais, quand ça fait blanc et que ça redevient rouge)... Y'a pas eu de vainqueur, on était presque à égalité et contents d'avoir pris le soleil !

 

Sauf que, le soir, devant ma glace, je me suis rendue compte que j'avais bel et bien la marque du débardeur, et que c'est quand même très moche :(

Depuis il pleut des cordes, je ne suis pas encore partie en vacances et je n'ai donc pas réussi à me débarrasser du style "marque de bronzage du touriste allemand"...

 

J'en arrive donc au coeur du sujet... A quoi servent donc les marques de bronzage si ce n'est à comparer la différence entre "la peau de tous les jours" et "le hâle qu'on aime bien mais qui nous fait flirter avec la biafine, le pelage et le cancer" ?

 

 

Je repars un an en arrière, lorsque je me suis barrée un mois en voiture avec ma tente et mon duvet pour faire le tour des festivals... Je vous avais raconté mes aventures, et je vous avais confié que par manque de confort j'avais décidé de carrément zapper le maillot...

Bah un an après, je ne me vois pas le reprendre !

 

Déjà, par économie... Faut un maillot à sa taille, faut pas qu'il soit transparent, faut qu'il soit de qualité, et pour bien faire et justement pour éviter les marques dégueus, l'idéal c'est d'alterner plusieurs formes de maillots d'un jour à l'autre. Mais vous avez vu le prix des maillots ???

Ensuite par commodité... Faut prévoir d'aller à la plage et le mettre avant, mais pas rester la journée entière avec parce que c'est pas confortable, et après l'immersion faut qu'il sèche, puis faut le rincer, puis le faire sécher, et puis le laver aussi de temps en temps... Pffff, vraiment trop compliqué !

 

Cette année je retournerai donc sur les plages naturistes. J'ai prévenu mon meilleur ami, avec lequel je pars une petite semaine (mes vagabondages de l'an passé l'ont inspiré) et je lui ai dit qu'on ferait probablement plage à part. Manifestement ça ne le gène pas de m'accompagner mais en gardant son maillot... Franchement ? c'est cool :)

 

 

Et maintenant la question que tout le monde se pose : "et les regards des gens ?" "mais t'as pas peur ?" "et c'est dégueulasse de voir tout le monde tout nu ?" "c'est pas un prétexte pour baiser les inconnus dans les dunes ?" "mais comment arrives-tu à être si peu pudique ?"

(ouais, ça fait plusieurs questions, mais avouez que vous êtes curieux...)

 

Les regards des gens ? Eh ben moi je les préfère chez les naturistes que chez les textiles ! Le mec il n'a pas besoin de te déshabiller d'un regard vicieux parce que t'es déjà à poil. C'est donc plus franc ! Moins de conventions sociales à la con qui creusent les fossés entre les gens.

 

Si j'ai peur ? Ben non... Au début je vous avoue que j'avais un peu d'appréhension, car j'étais seule. Mais au final qu'est ce qui peut m'arriver ? A part un coup de soleil mal placé ?

 

Dégueulasse de voir des gens tous nus ? Franchement, on y va pas pour mater (enfin y'en a qui le font mais ils ne restent jamais bien longtemps). Moi en tous cas je ne me complais pas dans la contemplation des organes génitaux de mes pairs... Attends, y'a la mer, le soleil et le sable, c'est assez intéressant comme ça !

 

Le prétexte pour baiser ? Alors je vous mentirai si je vous disais qu'il n'y a pas moyen de baiser dans les dunes...

L'année dernière, un joli garçon est venu me voir (brun, cheveux mi-longs, tout comme j'aime) et m'a demandé avec un fort accent espagnol si j'avais envie d'un massage... Soyons honnête, je pense qu'il n'aurait pas massé que le dos si j'avais dit oui ! Mais j'ai poliment refusé et il est reparti (si je rajoute "la queue entre les jambes" c'est de mauvais goût ?). Donc si tu veux pas baiser, tu baises pas, c'est tout !

 

La question de la pudeur ? Ahhhh, et c'est de loin la question à laquelle je préfère répondre.

Vous savez, chers lecteurs, je ne m'aime pas particulièrement physiquement, et je n'ai pas particulièrement confiance en moi... Mais je me connais suffisamment pour être en harmonie avec mon corps, ses pulsions et mes envies. Le jour où j'ai été sur une plage naturiste pour la première fois, c'était pas calculé, c'était parce que j'avais chaud et pas mon maillot, bah ça a été et je me suis sentie vachement bien, ni gênée ni inappropriée.

J'ai eu la chance d'avoir eu une éducation super libre et sans tabous ancrés. Je pense que ça me permet de surmonter un paquet de complexes et une tripotée d'"interdits" :)

 

Donc voilà pourquoi cette année encore, je dirai non aux marques de maillot (si tant est que le soleil revienne un jour, évidemment...)

 

 

Et vous, quelle est votre astuce pour ne pas avoir de marques ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Par Agoaye - Communauté : Intime et décalé
Vous voulez commenter ? - Vous voulez fouiner dans les 9 commentaires ?
Publié dans : En vacances
Dimanche 13 mai 2012 7 13 /05 /Mai /2012 23:01

gggg.jpg

Ouaaais, je sais que vous ne me voyez plus beaucoup par ici... Mais sans vouloir me chercher des excuses, j'ai tout de même de bonnes raisons !

Et puis de toutes manières logiquement vous pensez à moi tous les jours puisque vous vous creusez la tête pour trouver une idée afin de gagner mon Formidable Concours dont le lot en jeu est un Fantastique Objet...

 

Non, plus sérieusement, je suis à 3 jours de la signature de mon appartement et comme de bien entendu rien ne va comme je veux. Alors ce week-end j'ai juste un peu pété un plomb et je me suis barrée dans le fin fond de la campagne normande histoire de respirer un peu.

 

En normandie, j'ai une vieille dame qui m'attend. Elle ne fait pas partie de ma famille, aucun lien du sang ne nous unit mais elle me connaît bien mieux que la plupart des gens qui portent mon patronyme. Elle reçoit mes amis avec le même enthousiasme que moi et elle tue une pintade pour m'engraisser (ben ouais, la pintade fourrée crème fraîche et rôtie au beurre, à l'huile et au Pommeau, c'est plus de la cuisine ça !!! Mais qu'est-ce que c'est bon !)

 

En normandie, y'a la campagne. Avec les animaux, les fleurs, les odeurs et les couleurs. Cette année les pommiers sont lents à fleurir et le Colza a été planté en masse, beaucoup plus que les autres années (450€ la tonne, faut dire que ça rapporte bien plus que le reste). En normandie y'a cette petite poulette qui surveille ses 10 poussins !

 

En normandie on va à la mer aussi. Alors ce week-end c'était bien piquant la mer, avec ce vent bien glacé qui nous rappelle que, faut pas déconner c'est quand même les saints de glace... Et puis on fait sa cure d'iode par l'assiette là-bas... 9 huîtres et un homard bleu, ça vous réconcilie avec la vie !

 

En normandie, le soir on voit les étoiles. Et en bonne geekette je me trimballe toujours avec mon appli qui localise les étoiles, constellations et planètes... J'ai vu Pluton et Mars, j'ai été toute heureuse de pouvoir les localiser. Et j'me suis sentie toute petite face à la mer en regardant Cassiopée !

 

En normandie, j'ai des souvenirs. Des excellents, et puis des mauvais aussi. Je n'ai pas pu prendre sur moi aujourd'hui, j'ai essayé mais je n'ai pas pu aller au bout. Je regrette évidemment, mais l'essentiel c'est de faire le chemin pas après pas, non ?

 

 

Ce week-end, je n'ai presque pas pensé que je ne reverrai plus Remplaçant quotidiennement, je n'ai presque pas détesté les livreurs qui te posent des lapins alors que tu prends ta journée pour eux, je n'ai presque pas compté pour voir si je m'étais gourée ou non en calculant mon prêt immobilier.

A la place j'ai eu de bon fous rires, j'ai pissé sur mon bas de pantalon en pleine nuit, j'ai parié sur le nom d'une fleur avec une petite vieille (et j'ai gagné !) et j'ai chanté à tue-tête sur "Chagrin d'amour" après une bonne bouteille de Pouilly Fumé.

 

 

Et vous, votre week-end ?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Par Agoaye - Communauté : Intime et décalé
Vous voulez commenter ? - Vous voulez fouiner dans les 6 commentaires ?
Publié dans : En vacances
Jeudi 19 avril 2012 4 19 /04 /Avr /2012 13:52

Agoaye's Môm n'avait pas beaucoup de sous, ça je vous l'avais déjà dit. Mais elle essayait toujours de m'offrir le meilleur, et grâce à son employeur j'ai pu avoir des vacances de folie dans des endroits magnifiques... Mais bon, cet article n'est pas politique (même si c'est la semaine -message subliminal inside : faut voter !!-) et je vais juste me contenter de vous raconter comment je suis partie avec 2 moniteurs et 6 autres ados à la découverte de la Scandinavie en mini-bus ! Whoooooooow

(Z'avez vu, déjà un peu roots l'Agoaye de 16 ans...)

 

Alors si je peux vous raconter si précisément notre périple, c'est parce que nous avions pour mission de créer un journal de bord et participer à un concours avec toutes les autres colos itinérantes, le plus intéressant gagnait et nous avons évidemment gagné (une colo au ski l'hiver suivant, c'est là que j'ai définitivement haï le ski -note à soi-même, y'a que les chiens qui peuvent manger la neige pour se désaltérer, nous ça nous donne la chiasse, y penser pour plus tard-).

 

Oh et puis pardonnez-moi pour la qualité des photos, mais eh, j'avais 16 berges et un jetable, alors on critique pas !

 


 

Résumé :

 


 

Jan_Asselijn_-_The_Threatened_Swan.jpg

 

1er et 2ème jour : Amsterdam.

Comme tous les touristes, visite des canaux et du Rijkmuseum. Le musée Van Gogh me conforte dans l'idée que mes goûts ne sont définitivement pas les mêmes que ceux de ma mère, moi Van Gogh il ne me transcende pas, le cygne de Jan Asselyn me fait nettement plus d'effet. C'est mon tableau préféré, je ne l'ai jamais plus revu depuis mais j'y pense très souvent. un vrai coup de coeur !

 

La maison d'Anne Frank a été aussi un moment très poignant de cette colo. La vache comme j'ai été submergée par tout un tas d'émotions dans cet endroit.

 

 

 

img404.jpg3ème, 4ème et 5ème jour : l'arrivée en Norvège.

On roule de nuit, les monos sont bien vaillants mine de rien...

Notre prochaine étape suivante sera évidemment les Fjords. C'était magique : une eau bleue turquoise, des blocs de roches impressionnants et des otaries, et ds chèvres... Bref, un paysage que je n'avais jamais vu avant !

 

Le matin du 6ème jour, ma compagne de camping sauvage et moi-même furent réveillées par un mouton qui essayait de passer sous notre tente pour attraper une boîte de raviolis ! Réveil assez improbable en soi !

 

 

 

 

img400.jpg6ème, 7ème et 8ème jour : Norvège encore.

Et ohhhh : le Preikestolen !

Le Preikestolen c'est le bout de roche un peu carré que vous voyez tout en haut de la photo, un peu à droite du centre. C'est un carré de rocher en avant par rapport aux autres et surplombant le fjord d'une manière super impressionnante (2h de marche, 350m de dénivelé et  plus de 600m d'altitude !).

J'étais encore jeune, j'ai pu monter assez facilement. Arrivée tout en haut, et complètement insensible à l'acrophobie, je me suis assise sur le bord les jambes dans le vide... j'me suis fait engueuler mais ça valait le coup !

 

 

 

9ème jour : Oslo.

Bon, alors là j'ai pas de photo, et pas trop de souvenirs non plus, je me rappelle d'une ville froide et grise. Mais c'est là bas que j'ai décidé d'acheter des cadeaux pour ma famille, et j'ai voulu alors leur ramener quelque chose de relativement typique. Mon choix s'est donc naturellement porté sur un ficus... en pot... oui oui, la plante ! On ne va pas chercher à comprendre pourquoi j'ai eu l'idée de ramener un ficus d'oslo, c'est tout moi !

Bref, la plante est devenue la mascotte du séjour et j'ai réussi à la garder en vie jusqu'en France pour l'offrir à ma grand-mère !

 

img388.jpg

 

10ème et 11ème jour : Goteborg, deuxième grande ville de Suède.

La visite du jardin botanique a été l'attraction phare de nos visites... Un homme nous a même laissé caresser sa mygale (non, aucune allusion).

Eh bien chers lecteurs, figurez-vous que moi je l'ai caressée (peur de rien l'Agoaye) et j'ai été super surprise de constater que chacun des poils de ses pattes sont chauds (à la mygale toujours hein...)

 

Depuis c'est une anecdote que je raconte régulièrement à qui veut bien l'entendre.

 

 

 

img382.jpg12ème et 13ème jour : Copenhague.

Alors ouais, forcément Copenhague c'est la petite sirène (petite d'ailleurs, toute petite sur son rocher devant son port super laid), mais rien de plus excitant que ça et le parc d'attraction "Tivoli".

 

Ah, si, j'allais presque oublier, à Copenhague nous avons été visiter le Louisiana, magnifique musée d'art moderne, le premier dans lequel je rentrais, le plus beau, celui qui m'aura le plus marqué...

C'est grâce à ce musée d'art moderne là que j'ai eu envie d'en visiter d'autres...

 

 

 

 

 

img379.jpg

 

14ème et 15ème jour : L'Allemagne puis retour au nid.

C'est en effet vers Aix-la-Chapelle que nous passons pour rentrer à la maison...

Les plus vaillants prolongent les soirées en jouant aux cartes (ou en essayant de draguer -c'est moi ça-)...

L'Allemagne n'était pas notre souvenir le plus impérissable, nous avions vu de telles belles choses juste avant que c'était difficile de terminer en apothéose.

Bref, retour au bercail et photo d'adieu (avec les 2 minibus réunis et le ficus trônant fièrement sur le postérieur d'un animateur !)

 

Alors franchement, quand on lit toutes les péripéties de mes 16 ans (et c'était pas la première colo en plus de ça...), on se rend compte que j'ai été élevée avec ce besoin de grand air et de vagabondages... Maintenant c'est pas étonnant que j'sois une warrior des crapahutages en tous genres.

 

 


Bilan : 15 jours de minibus, plus de 5000Km, 1 seul appareil photo jetable, 6 grandes villes visitées, 1 petit copain pour Agoaye, 1 mouton-matelas, 7 nuits sur des aires d'autoroutes, 4 douches et le goût de l'aventure !


 

Cet article a été écrit dans le cadre des jeudi du voyage de Gaëlle. Je ne saurais que trop vous inviter à y participer !

gaelle.JPG

 

Et vous, vous alliez où ado ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Par Agoaye - Communauté : De la Vie
Vous voulez commenter ? - Vous voulez fouiner dans les 6 commentaires ?

Mais qui est-elle ?

  • Blog agoaye
  • : Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte de fidélité haute-capacité chez Lush. Dans notre monde, la réalité est bien différente.
  • Contact
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés